French English German Italian Portuguese
  • Contacter easydivorce.ch
  • Contacter easydivorce.ch
  • Combien ça côute
  • Dossier de séparation ou de divorce
  • simple rapide efficace
  • Garantie d
  • einfache-scheidung.ch easydivorce.ch
  • Dossier gratuit
  • INFORMATIONS / AIDE

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    aide gratuite

  • votre dossier

    Créez votre dossier gratuitement
    Pour la séparation ou le divorce

  • Combien ça coûte ?

    Divorce CHF 760.-
    Séparation CHF 490.-

  • Vidéo d'information
    Vidéo de présentation 
    expliquant la procédure
    .

Notre service

  • Divorce par consentement mutuel
  • Convention de séparation
  • Modification de jugement de divorce
  • Convention couples non mariés
  • Dissolution de partenariat enregistré

Les 4 étapes :

  1. Créez votre dossier
  2. Téléchargez les documents
  3. Demandez la validation
  4. Envoyez les documents au tribunal

 

Notre service vous soutient dans la procédure afin que vous puissiez divorcer ou vous séparer le plus facilement possible. Contactez-nous pour vos séparations ou divorces par consentement mutuel.

 

 

 

 

Vos questions

Dans la foire aux questions vous trouverez toutes les réponses aux questions concernant une séparation ou un divorce.
 

En résumé, il faut simplement créer gratuitement votre dossier. Lorsque vous avez besoin des documents vous pourrez effectuer le paiement Fr. 490.- pour une séparation et Fr. 760.- pour un divorce.

Dès le paiement effectué, vous aurez accès directement aux documents à l'intérieur de votre dossier. Vous aurez également accès à un bouton "demande de validation".

En demandant la validation, notre service juridique reçoit votre dossier, puis le contrôle, et s'il est conforme, nous vous indiquerons que vous pouvez l'imprimer, le signer et l'envoyer au tribunal.

Suite à cela, le juge vous convoque dans les 2 mois pour une audience au tribunal. Le juge va relire les documents puis il va prononcer la séparation ou le divorce.

Notez que pour une séparation, la séance au tribunal n'est pas forcément obligatoire, c'est à l'appréciation du juge.

Extrait de la FAQ

Reprendre son nom de célibataire après avoir divorcé

S'agissant de l'époux qui a changé de nom

Dans un délai d’une année après la dissolution judiciaire du mariage, le conjoint qui a changé de nom lors du mariage peut déclarer à l’officier d’état civil vouloir reprendre le nom de sa famille ou le nom qu’il portait avant le mariage ou son nom de célibataire. Vous pouvez utiliser la letre à disposition dans votre dossier pour en faire la demande.

La déclaration peut être faite auprès de n’importe quel office d’état civil en Suisse.
Il faut prendre garde au fait que le parent qui ne porte plus le même nom que ses enfants peut se trouver confronté à des problèmes lorsqu'il voyage avec eux.

Après le délai d’une année, la récupération de son nom d’avant le mariage ou de célibataire n’est possible qu’au moyen d’une procédure ordinaire de changement de nom.

Conformément à l’article 30 alinéa 1 du Code civil suisse (CC), le gouvernement du canton de domicile peut, s’il existe de justes motifs, autoriser une personne à changer de nom. Par nom on comprend les nom et prénom qui figurent dans le registre d’état civil. N’entrent pas dans cette catégorie les prénoms usuels, les pseudonymes, les noms d’artiste, etc.
La demande de changement de nom doit être adressée par écrit à la direction cantonale de l'état civil du canton de domicile.
La demande doit être motivée et mentionner notamment les inconvénients liés au port du nom actuel. La procédure n'est pas gratuite, le tarif peuvent varier d'un canton à un autre.

Pour les enfants

L’enfant de parents mariés porte leur nom de famille, qui est soit celui du père soit celui de la mère. Tout dépend du nom de famille choisi par les conjoints au moment du mariage, et de la législation en vigueur lors du mariage.  Le divorce des parents n’a aucun effet sur le nom des enfants du couple qui reste le même,  même si ceux-ci sont confiés au parent qui ne porte plus le nom de son conjoint.  Le droit de cité cantonal et communal n’est pas modifié non plus.