Ce modèle implique que les parents se relaient pour passer du temps dans l’ancien domicile familial, tandis que les enfants y demeurent en permanence.

Le modèle du nid offre une stabilité rassurante pour les enfants, car tout reste à sa place et ils n’ont pas à s’inquiéter de leurs affaires ou de leurs jouets perdus.

Bien que ce modèle ne soit pas encore largement connu, cela peut être dû à sa nouveauté ou à des considérations financières liées à sa mise en place.

La gestion du domicile principal des conjoints et du lieu de résidence des enfants sous la garde parentale est un aspect clé du droit de la famille suisse, notamment dans le contexte des séparations ou des divorces. Cette gestion est réglementée par les articles 176 et 25 du Code civil suisse, qui exigent une évaluation minutieuse des besoins et des préférences des parties concernées.

Attribution du domicile principal des conjoints

Selon l’article 176, paragraphe 1, point 2 du Code civil, en l’absence d’accord commun sur l’utilisation du domicile conjugal, il incombe au juge de prendre une décision en équilibrant les intérêts. Ce processus vise à déterminer le conjoint qui bénéficierait le plus du logement en tenant compte des besoins individuels de chacun. Les critères d’évaluation incluent la proximité du lieu de travail, les obligations familiales ou encore la capacité à entretenir le logement.

Si cette analyse initiale ne permet pas de prendre une décision claire, le juge se concentre alors sur le conjoint pour qui le déménagement serait le plus supportable. La santé, l’âge et les liens émotionnels avec le logement sont pris en compte à cette étape. Les considérations économiques jouent un rôle moins central, sauf si des difficultés financières rendent impossible la conservation du logement.

En l’absence de solution satisfaisante, le juge attribue le logement au conjoint qui en est soit propriétaire, soit a un droit d’usage antérieur.

Lieu de résidence de l’enfant : divers critères pour son intérêt supérieur

Concernant le lieu de résidence de l’enfant, l’article 25, paragraphe 1 du Code civil suisse prévoit différents critères à prendre en compte pour déterminer son lieu de résidence idéal et garantir son bien-être, notamment en cas de parents vivant séparément. Le lieu de résidence initial de l’enfant est celui du parent ayant la garde effective.

En cas de garde conjointe, le choix du lieu de résidence de l’enfant repose sur une analyse objective qui privilégie l’endroit où l’enfant a tissé les liens les plus forts. Cela inclut la proximité avec les personnes importantes telles que d’autres membres de la famille, les écoles, les garderies et les lieux où l’enfant pratique des activités extrascolaires et sociales. Il est intéressant de noter que le fait que l’enfant ait vécu dans l’ancienne résidence familiale n’est pas considéré comme pertinent dans cette évaluation.

En conclusion, ces dispositions soulignent la volonté du droit suisse de protéger au mieux les intérêts et le bien-être des parties impliquées dans les procédures de séparation ou de divorce, tout en mettant en évidence la complexité des dynamiques familiales et en soulignant la nécessité pour les juges de prendre des décisions équilibrées et adaptées à chaque situation.