Pourquoi la garde alternée est-elle peu demandée par les parents ?

, ,

La garde alternée, où les parents divorcés partagent la responsabilité quotidienne de leurs enfants, reste peu utilisée. Bien que certains parlementaires aient suggéré d’imposer ce modèle par la loi, le Conseil fédéral ne juge pas cette approche appropriée. Une enquête révèle que la majorité des parents parviennent à des accords à l’amiable sur la garde, et les tribunaux ne font pas obstacle à la garde alternée. Plusieurs facteurs expliquent le faible recours à ce modèle, notamment les conditions exigeantes et les considérations financières.

Décisions des tribunaux et intérêt de l’enfant

Les tribunaux prennent leurs décisions en fonction des demandes des parents et de l’intérêt supérieur de l’enfant, sans favoriser ni les mères ni les pères. Les demandes conjointes de garde alternée ne sont jamais rejetées par les tribunaux, ce qui montre une volonté de soutenir les accords mutuels des parents.

Implication croissante des pères

Aujourd’hui, les pères s’impliquent de plus en plus dans la prise en charge de leurs enfants, et leurs droits de visite se sont considérablement améliorés. Le Conseil fédéral préfère une approche flexible du droit de la famille plutôt qu’une réglementation stricte de la garde alternée. La question de savoir si l’État doit promouvoir activement une garde égalitaire reste débattue.

Raisons de la faible adoption de la garde alternée

La faible adoption de la garde alternée peut s’expliquer par plusieurs raisons :

  • Conditions exigeantes : La garde alternée nécessite une grande flexibilité et une coopération étroite entre les parents, ce qui n’est pas toujours possible.
  • Considérations financières : Les implications financières peuvent dissuader certains parents d’opter pour ce modèle, car il peut entraîner des coûts supplémentaires.
  • Stabilité de l’enfant : Certains parents estiment que la garde alternée peut perturber la stabilité de l’enfant, préférant une résidence principale avec des droits de visite pour l’autre parent.